Nos réponses aux questionnaires

Réponse au questionnaire du COLLECTIF POUR UNE GESTION PUBLIQUE DE L’EAU A VERSAILLES SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES

Pour vous et l’équipe que vous conduisez: 

La ques on de la distribu on et de l’assainissement de l’eau est-elle présente dans votre programme ? OUI 

Considérez-vous que ces missions doivent être assurées par une collec vité publique et pas par une entreprise privée : 

Oui, si la collectivité publique est en mesure de faire les choix d’investissement nécessaires pour l’entretien des réseaux sans alourdir la pression sur les ménages. 

Êtes-vous gêné·es par le fait que des profits soient réalisés grâce à la presta on de distribu on et assainissement de l’eau ? OUI 

Réduire la consommation d’eau doit être une priorité pour faire face au changement climatique ? OUI 

Avez-vous le sentiment de connaître suffisamment cette question ? 

Il existe une part technique très importante à la question de l’eau que nous ne pouvons maîtriser totalement, sauf à être professionnel. Nous avons toutefois la conviction qu’étant une compétence dédiée aux collectivités, celles-ci devraient être en mesure de l’assurer dans le cadre d’une régie – intercommunale pour le cas de SQY. Il revient à la puissance publique de maîtriser les coûts pour les habitants, en particulier les plus modestes qui dépendent du service public. 

Si vous êtes élu·es, vous vous engagez sur la mandature à œuvrer au sein de SQY et des Syndicats dont votre commune et SQY sont membres pour : 

J’ai la conviction que la régie directe pour la distribution d’eau potable a des impacts positifs à plusieurs niveaux pour les habitants en matière de tarification. 

– Le tarif de l’eau en régie directe est nettement inférieur à celui de l’eau en Délégation de Service Public (3,63€/m3 contre 4,05€/m3 en moyenne en 2015). A Saint-Quentin-en-Yvelines, le prix avait été revu à la baisse à la signature du nouveau contrat 2015 (3,692€/m3 après avoir été à 4,15€/m3 en 2014), mais il est remonté jusqu’à 3,864€ en 2018. – La mise en régie directe permettrait de mieux contrôler les tarifs pratiqués en évitant de reverser une partie de l’activité aux actionnaires des entreprises chargées de la DSP. – Elle permettrait aussi d’explorer des tarifications plus justes (adaptation du prix pour l’eau de première nécessité comme certaines régies le pratiquent, adaptation aux exigences de réduction de la consommation pour répondre aux objectifs de développement durable, …). – Elle permettrait enfin d’harmoniser la gestion de l’eau dans l’agglomération de SQY. 

Le passage à une régie directe ne peut s’envisager sans un travail sérieux et indépendant de contrôle du réseau de distribution et une étude d’impact sur l’intégration de l’exercice de ces missions avec les ressources propres de l’agglomération. La qualité de la distribution est en effet conditionnée par un réseau fiable et la mise en place d’un plan d’investissement pluriannuel pour assurer sa pérennité. 

Actuellement, l’exécutif de l’Agglomération fait le choix budgétaire de réduire drastiquement l’investissement, ce que je déplore et que nous n’avons eu de cesse de dénoncer au cours de la mandature 2014-2020. La mise en place d’une régie directe coïncide avec un renversement de cette stratégie dont il faut pouvoir mesurer les impacts budgétaires, tant sur le plan des investissements que sur le fonctionnement. 

Seule une étude indépendante permettra de s’assurer de la capacité de notre agglomération à supporter ces charges nouvelles sans en impacter les habitants, le but étant en effet de réduire la pression tarifaire. 

Réponse au questionnaire du collectif Résistance à l’Agression Publicitaire

Guyancourt, le 19 février 2020 

Mesdames, Messieurs, 

Vous m’avez récemment interpellé dans le cadre des élections municipales de mars prochain, concernant le règlement local de publicité. Vous en trouverez ci-dessous mes éléments de réponse au questionnaire dont vous avez bien voulu me faire part. 

Comme vous le savez, le Règlement Local de Publicité intercommunal a fait l’objet d’un avis en Conseil Municipal de Guyancourt. Je vous rappelle les trois réserves émises à ma demande par la Municipalité lors de l’examen de ce texte : 

– Nous demandions que l’interdiction de la publicité numérique soit clairement inscrite dans le RLPi en raison de son impact environnemental et de ses potentielles conséquences en matière de sécurité routière. Nous nous engageons, pour la ville de Guyancourt, à ce qu’aucune publicité numérique ne soit installée à Guyancourt. – Nous avons réitéré notre demande auprès de l’agglomération pour veiller aux images et messages véhiculés par la publicité, qui peuvent être sexistes ou totalement inadaptés à des publics jeunes. Je suis personnellement intervenu auprès de l’entreprise Decaux en fin d’année 2019, suite à la campagne d’affichage d’une boutique de vêtement dont le caractère visiblement sexiste et le message détournant la devise républicaine était parfaitement inadapté alors même que nous veillons à transmettre des valeurs d’égalité et de respect à nos jeunes générations. J’interviens très régulièrement en conseil des Maires de Saint-Quentin-en-Yvelines pour sensibiliser mes collègues aux effets néfastes que peuvent avoir certaines publicités, et je continuerai à le faire. – Nous demandons l’évaluation du RLPi sur le fond et sur les modalités d’application. Un bilan au cours de la troisième année de sa mise en place permettra aussi d’envisager son adaptation ou sa révision si nous constatons une dérive potentielle liée au document voté. 

Concernant les affichages, nous veillons à préserver une information institutionnelle dans les mobiliers de la Ville. Il n’y aura pas de changement, car c’est une demande des Guyancourtois qui souhaitent être informés régulièrement des actions et dispositifs publics mis en place par la Collectivité pour répondre à leurs besoins quotidiens. 

Seuls les mobiliers de l’agglomération font l’objet d’un affichage publicitaire commercial sur une partie des faces. La Présidence de l’agglomération explique ce choix par les contrats de concession, qui permettent notamment le financement de matériel du réseau de bus de Saint-Quentin-en-Yvelines. 

D’une manière générale, Guyancourt ne peut être considérée comme une ville où le matraquage publicitaire est la règle. Par le passé, nous avons toujours veillé à limiter la présence publicitaire et cela reste une constante. Nos interventions régulières auprès de l’agglomération sur le sujet en témoignent. 

Bien que cette compétence relève de l’agglomération, le service Urbanisme de la Ville, tel qu’il est constitué aujourd’hui, permet de répondre aux enjeux qui sont, il est vrai, moins saillants dans notre Ville que dans d’autres parties de l’Agglomération, le long des Nationales ou du chemin de Fer. 

Il est néanmoins primordial de continuer nos efforts en matière de sensibilisation, notamment auprès des plus jeunes (encadrement des enfants dans les temps périscolaires, service jeunesse, éducateurs spécialisés, …). Le développement durable est au coeur des actions de la Ville depuis de nombreuses années et je m’engage à ce que nous, Guyancourtois, soyons les moteurs de la transition écologique à l’échelle locale. Nous travaillerons ensemble pour que notre Ville demeure la belle Ville verte et bleue qu’elle est, forte de son environnement naturel et de ses terres agricoles. Nous poursuivrons le travail pour que la justice environnementale aille de paire avec la justice sociale, notamment en matière de sobriété énergétique et numérique. Je le rappelle, il n’y a pas de transition écologique sans solidarités. 

Espérant avoir répondu à vos interrogations, je vous prie de recevoir, Mesdames, Messieurs, mes sincères salutations. 

François MORTON

Réponse au Syndicat Force Ouvrière du personnel municipal de Guyancourt

Guyancourt, le 1er mars 2020

Mesdames, Messieurs,

Vous m’avez interpellé par écrit dans le cadre des élections municipales afin de connaître ma position sur un certain nombre de questions concernant les conditions de travail des agents communaux de Guyancourt.

C’est bien volontiers que j’y réponds. En tant que Maire de la Commune, et par mon parcours sensible à l’engagement syndical, je suis très attaché à ce que les relations sociales soient apaisées au sein de notre Collectivité et je tiens à ce que le personnel communal travaille dans les meilleures conditions. Au cours des dernières années, Guyancourt a ainsi mis en place de nombreuses mesures en faveur des agents. Pour ne citer que les dispositifs récents : doublement de la prise en charge de la mutuelle, création d’un espace détente avec les agents eux-mêmes, mise en place rapide (beaucoup de collectivités n’ont pas autant avancé sur le sujet) du plan contre les risques psycho-sociaux avec une référente dédiée au sein de la Ville, plan pluriannuel de formations, contrat avec le CIG pour que le personnel communal ait accès à une assistante sociale, etc. 

Je tiens également à rappeler les actions engagées par mes prédécesseurs et qui vont dans le bon sens : développement des groupes de travail pour que les agents participent directement à la mise en place de dispositifs qui les concernent (espace détente, accueil des nouveaux arrivants, travail en transversalité etc.), politique de titularisation des agents, avancements d’échelon, création du poste d’assistant Hygiène et Sécurité, visibilité accrue des informations syndicales grâce aux tableaux d’affichage installés dans les divers équipements de la Ville, travail avec les syndicats pour la mise en place d’un CIA juste, etc.

Comme vous le savez, je me suis clairement exprimé sur la loi de Transformation de la fonction publique et je ne cesserai de réaffirmer mon attachement au service public, et a fortiori au service public communal. Malheureusement, il est de bon ton aujourd’hui de dénigrer le travail des agents publics, y compris dans les plus hautes sphères de l’Etat : le personnel Guyancourtois pourra compter sur moi, comme cela a toujours été le cas, pour que je défende ses intérêts, y compris lorsque la Loi s’imposera à nous. Je continuerai de dialoguer et d’échanger, non seulement avec les représentants du personnel, mais aussi avec l’ensemble des agents eux-mêmes. Ils savent que je suis disponible et à leur écoute. Depuis ma prise de fonction, j’ai reçu tous les syndicats et représentants syndicaux qui m’en ont fait la demande, j’ai tenu à rencontrer les agents dans tous les services de la Ville, et bien entendu, je continuerai à le faire. 

Je continuerai par ailleurs à présider tous les Comités techniques et les CHSCT de la Commune, comme je l’ai fait depuis ma prise de fonction en mai 2019. J’assumerai tous les sujets, y compris les plus sensibles. 

Je refuse en revanche de profiter, comme certains, des élections municipales qui approchent pour promettre l’impossible. Ce sont des pratiques qui hélas existent mais elles sont  dommageables pour les relations sociales au sein de la Collectivité et surtout pour le personnel communal lui-même. Nous devons garder à l’esprit l’intérêt général et travailler à améliorer encore les conditions des agents publics pour qu’ils offrent aux habitants de notre Commune un service public de qualité, moderne et efficace.

En tant que Maire, je connais le professionnalisme des agents Guyancourtois et j’ai conscience des questionnements qui peuvent émerger. Nous travaillerons tous ensemble pour renforcer la lutte contre tous les risques psycho-sociaux et les accidents du travail, pour développer et adapter les formations aux nouveaux enjeux, développer les groupes de travail (mobilité et stationnement autour de l’Hôtel de Ville, ateliers municipaux, etc.), renforcer aussi encore plus l’égalité entre les femmes et les hommes…

Mesdames, Messieurs les représentants de FO Guyancourt, je ne doute pas que vous aurez à cœur de communiquer l’intégralité de cette réponse aux agents publics de notre Collectivité.

Dans cette attente, je vous prie de recevoir mes sincères salutations.

François MORTON

Réponse à l’association 60 millions de piétons

Notre équipe municipale est attachée à favoriser l’accessibilité de tous à la vie municipale dans toutes ses dimensions: équipements publics, commerces, lieux de loisirs, zones de transports collectifs, …

Ce principe a toujours été inscrit dans le projet de ville de l’équipe Guyancourt pour Tous et, avec mon équipe, je continuerai à en faire une priorité car en plus d’avoir un rôle d’animation locale et de liens de proximité, elle participe aussi à la lutte contre le réchauffement climatique, l’un des enjeux de notre temps.

Concrètement, nous avons privilégié les déplacements piétons dans l’aménagement de notre ville selon plusieurs facteurs:

  • la proximité des équipements publics: notre ville dispose de nombreux équipements publics dans l’ensemble des quartiers de la ville. A titre d’exemple, nous avons 25 établissements scolaires, 3 collèges, 2 lycées. Ce maillage permet aux élèves et à leurs parents d’effectuer leurs déplacements à pied ou à vélo.

L’urbanisation s’est aussi opérée selon les principes des mails et architecture sur dalles dans certains quartiers qui permettent d’assurer une totale sécurité pour les piétons qui ne croisent ainsi aucun véhicule à moteur.

Par ailleurs, pour les écoles aux abords des routes, un dispositif de traversée sécurisée opéré par notre police municipale a été mis en place.

L’exemple des écoles n’en est qu’un parmi d’autres mais il est révélateur, nous semble-t-il,  de notre souhait d’offrir un cadre de vie agréable et rassurant/serein? aux habitants.

  • de larges espaces publics sécurisés. L’aménagement de Guyancourt s’est également opéré en veillant à offrir aux habitants des espaces verts ou piétonniers et cyclables éloignés de la chaussée. Nous disposons ainsi de nombreux parcs et jardins ainsi que de places et de mails qui permettent aux habitants de circuler mais aussi de profiter d’un cadre de vie agréable pour leurs loisirs.

Nous veillons à protéger ces espaces préservés dans les perspectives de développement durable: classement des espaces boisés de la Minière, sanctuarisation des terres agricoles, …

Nous menons actuellement des travaux pour réaliser une coulée verte où les habitants pourront profiter d’installations de type parcours de santé, d’un parc à jeux pour les enfants et de voies de circulation douce.

  • la proximité des commerces: Tous nos quartiers bénéficient de commerces de proximité. Les opérations d’aménagement récentes prennent aussi en compte cette nécessité. l’entrée de quartier de Villaroy a ainsi permis d’augmenter le nombre de surfaces commerciales.

Cette attention permet de réduire l’utilisation de la voiture pour réaliser ses achats du quotidien et de privilégier le commerce et l’artisanat local.

  • l’accessibilité: Avec mon équipe, je veille à ce que notre ville soit réellement inclusive. Cette attention était portée par mes prédécesseurs et demeure la mienne. J’en fais une absolue nécessité. A l’heure actuelle, environ 95% des équipements publics municipaux sont accessibles aux personnes à mobilité réduite. Nous avons engagé un plan pluriannuel d’investissement de 500 000€ chaque année pour répondre à cette exigence.

Lors de travaux sur les espaces publics, notre commission municipale d’accessibilité qui réunit élus, services et personnes qualifiées (dont des associations oeuvrant dans le domaine du handicap) est consultée et nous faisons régulièrement appel à des associations d’usagers en situation de handicap afin de veiller à la qualité des ouvrages réalisés. 

Nous veillons enfin à ce que les trottoirs soient accessibles aux personnes à mobilité réduite. Par exemple, la récente rénovation de la rue des Graviers, portée par la Communauté d’Agglomération, a permis d’élargir un trottoir autrefois inaccessible aux personnes à mobilité réduite.

Cette attention à l’accessibilité et à la proximité des lieux de vie dans notre commune de Guyancourt n’aurait pas de sens si nous ne nous engagions pas à la poursuivre.

Notre programme municipal pour le mandat 2020-2026 sera celui qui nous permettra de réaliser l’accessibilité à 100% des équipements publics municipaux.

Par ailleurs, nous entendons poursuivre nos efforts pour la réhabilitation des espaces publics vieillissants. Notre ville, qui est intégrée à la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines – anciennement Ville Nouvelle – a connu une croissance rapide dans les années 1970-80.

Désormais, nous devons veiller avec l’instance communautaire à conserver des espaces agréables et qui répondent aux exigences de sécurité qui s’imposent. Nous l’avons fait durant le dernier mandat (mail des Saules, rue des Graviers, voiries et trottoirs divers, place du marché, boulevard du Château …) et nous poursuivrons ces engagements durant ce mandat avec des chantiers déjà identifiés (place Jacques Brel, boulevards du quartier des Garennes, …) 

Soyez convaincus de ma volonté et de celle de mon équipe de poursuivre nos engagements pour une ville accessible et durable. C’est l’engagement que nous avons toujours pris auprès de nos habitants et nous continuerons à le faire.